L’efficacité énergétique, un enjeu stratégique pour les entreprises industrielles

Face au changement climatique et à ses conséquences sur notre environnement, nous devons mieux consommer nos énergies. C’est une obligation commerciale, politique et morale. Cette Transition demande la mise en œuvre de nouvelles pratiques, l’efficacité énergétique dans l’industrie en tête de liste.

1 – UN ENJEU MONDIAL 

Les grandes conclusions du sixième rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) qui sera publié en 2021 ont été communiquées le 17 septembre à Paris. Les modèles travaillés par les experts évaluent un réchauffement plus important que les précédentes études établies en 2012. Selon le scénario le plus « pessimiste », l’augmentation de la température moyenne globale atteindrait 6 à 7 degrés en 2100. Une centaine de scientifiques français du CNRS, du CEA et de Météo-France impliqués dans la rédaction du rapport, tirent la sonnette d’alarme.

Ce dérèglement est principalement causé par les émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines, en particulier à l’usage de l’énergie qui représente 80% des émissions de CO2 dans le monde.

En France, le mix énergétique est composé aux 2/3 de produits fossiles carbonés (pétrole, gaz, fioul, charbon). C’est pourquoi l’Etat a mis en place des engagements forts pour réduire ces impacts.

2 – UN ENJEU FRANÇAIS : sans une feuille de route, pas de changement possible 

Le Gouvernement a voté en 2015 la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte, qui vise à préparer l’après pétrole et à instaurer un modèle énergétique robuste et durable.

Un des objectifs de la loi est de réduire la consommation énergétique finale de 20% en 2030 et de 50 % en 2050 par rapport à 2012. 

Le cadre est donc fixé. L’industrie étant le 2e secteur le plus énergivore avec 26% de la consommation nationale, les industriels ont leur rôle à jouer dans l’atteinte de cet objectif.

3 – LES ACTIONS d’efficacité énergétique pour engager la Transition des industriels

Les actions d’efficacité énergétique sont le premier levier des entreprises. Il s’agit d’abord de consommer moins, c’est la sobriété énergétique, puis de consommer mieux, en améliorant sa performance énergétique. Tout cela pour un niveau d’activité équivalent.

On distingue trois types d’actions d’efficacité énergétique :

    • Comportementales, par exemple éteindre un système de ventilation pendant les arrêts de production.
    • Liées à l’organisation, par exemple ordonnancer la production pour éviter le refroidissement d’un four entre deux fournées.
    • Techniques, par exemple remplacer un moteur obsolète par un moteur performant avec un variateur de vitesse qui s’adapte à la demande.

Ces actions peuvent s’organiser au sein d’un Système de Management de l’Energie (SME). Le SME permet de structurer sa démarche d’efficacité énergétique et s’améliorer en continu. La norme ISO 50001 donne des lignes directrices pour mettre en place un SME. Près de 800 entreprises sont déjà certifiées en France. Et le nombre d’entreprises certifiées ne cesse de croitre depuis la parution de la norme en 2011.

La mise en œuvre d’actions d’efficacité énergétique a un impact direct sur la compétitivité d’un industriel. L’énergie est le 3e poste de coût dans l’industrie, après la matière première et la main d’œuvre. Pour rester dans la course, la recherche de performance énergétique est devenue indispensable. Mais à quel prix ?

4 – DES DISPOSITIFS DE SOUTIEN EXISTENT EN FAVEUR DE L’EFFICACITE ENERGETIQUE

Le principal dispositif pour soutenir l’efficacité énergétique en France est le mécanisme des Certificats d’Economies d’Energie (CEE) : une liste d’actions d’efficacité énergétique standard fait l’objet de fiches qui définissent les économies d’énergie associées à chaque action. Le mécanisme permet de subventionner une partie des investissements de ces actions afin d’inciter les acteurs à investir. Elles s’appliquent à six secteurs : agriculture, résidentiel, tertiaire, industrie, réseaux et transport.

En complément, l’ADEME met à disposition des entreprises industrielles des dispositifs de soutien pour l’amélioration de leur efficacité énergétique. Pour soutenir la prise de décision dans les entreprises, l’ADEME propose une aide au conseil. Cela couvre par exemple des financements d’études de projets de récupération de chaleur par le Fonds Chaleur, des financements de diagnostics énergétiques pour les petites et moyennes industries (PMI), d’études de faisabilité énergétiques sur différents thèmes techniques (plans de mesurage, air comprimé, froid, ventilation, etc.).

Enfin, pour accélérer le déploiement des actions d’efficacité énergétique, l’ADEME participe à la montée en compétence des acteurs avec le programme INVEEST consacré au financement de l’efficacité énergétique dans l’industrie, à destination des industriels et de leurs financeurs.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin